Le pouvoir des mailles - D1 Film, l'Echangeur, en développement, 2021

Dans les années 1960, pendant la guerre d’indépendance du Cap-Vert et de la Guinée Bissau, mon bonnet tchèque couvrait la tête d’Amilcar Cabral et de ses soldats. Le film est un voyage enquêtant sur le pourquoi de cette mystérieuse appropriation. Le bonnet surgit dans d’autres contextes, il devient un prisme à travers lequel comprendre différents aspects de la deuxième moitié du XXème siècle. On en vient à se questionner sur le pouvoir de ses mailles.

https://d1film.com/en/films/beyond-a-knit-cap/

https://associationlechangeur.org/i-2/projets/le-bonnet/

Leurs propres images (Their own images), 26 min, LAVUE et TRYSPACES, 2020

Capture d’écran 2019-07-26 à 12.45.07.pn
Capture d’écran 2019-07-26 à 12.45.28.pn

On ne manque pas d'images des 'jeunes de banlieues'. Mais que se passe-t-il quand c'est à leur tour de produire leurs propres images de leur quartier ? Des chercheurs en sciences sociales décident d'aller au-delà des images discriminantes et caricaturales. Qu'est-ce que c'est que d'être un jeune dans un quartier populaire d'Ile-de-France ? La question est posée aux jeunes et les chercheurs leurs donnent des caméras. 

Young people from poor parisian suburbs suffer from violent and pejorative images in the media. Researchers in social sciences want to go beyond this discrimination and decide to explore the question collectively. What is it to be a young people in a parisian popular district ? They ask the young people itself by giving them video cameras.


Pour en savoir plus sur le programme de recherche : 
https://poppartrechercheparticipative.com/ 

Nos Coquilles, 8 min, FAMU International, 2017
Sélection au Lviv International Short Film Festival 2018

FAMU Fest, 2017

Diapositive1.jpg
chantier.jpg
photo3.jpg

Une balade dans Prague 13 avec une question en tête : quelles villes construisons-nous ? Francis Ponge et Le Corbusier en viennent à dialoguer avec les petits que je garde sur les questions de formes, de dimensions et de proportions urbaines. 

Après-coup, 16 min, FAMU International, 2017
Sélection au festival Les Filmeurs, 2017

Diapositive2.jpg
Capture d’écran 2018-06-01 à 10.10.45.pn
Capture d’écran 2019-07-26 à 13.13.17.pn

Tu commences un portrait sur Jarda, ton ami tchèque qui a émigré en Australie dans les années 70. Les choix qu'il a faits et qu'il continue de faire. Tu lui donnes ta caméra pour qu'il filme dans sa cabane, l'échange se fait à partir de ses plans, puis tu dérives. Le portrait devient un voyage intérieur.

And I sell banana, 14 min, 2016
Sélection au festival Cinéwax, octobre 2016

Slide1.jpg
And I sell banana 3.png
And I sell banana 1.png

Portrait d'Irène Amponsah, vendeuse de bananes sur le marché d'Agona Nkwanta dans la Western Region du Ghana. Région où coexistent deux grands types d'exploitations agricoles : les exploitations industrielles exportatrices (hévéa, cacao) et les exploitations familiales qui nourrissent les populations locales (manioc, bananes...). En suivant Irene dans son quotidien, je me pose la question de la place de l'agriculture familiale dans le développement local et national.

Trailer : https://vimeo.com/382004422

Film réalisé dans le cadre d'un mémoire de recherche en Aménagement du Territoire à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.